Acteurs économiques locaux

Avec 12.840 km de côtes dont plus de 9.000 km en Outre-mer, 1.077 communes littorales et près de 40 % d’habitants dans les départements littoraux (avec une croissance prévue de 18,7 % entre 2007 et 2040), les territoires maritimes concentrent une part importante de la population française et par conséquent d’activités économiques. 

Les acteurs institutionnels locaux – collectivités, organismes consulaires, etc. – jouent un rôle essentiel pour soutenir les professionnels au plus près de leurs activités. Ils sont des relais indispensables pour la mise en oeuvre d’une politique maritime qui tienne compte des spécificités socio-économiques de chaque territoire. 

Les territoires maritimes sont témoins de trois phénomènes : 

L’augmentation des activités maritimes qui vont donc engendrer une croissance de la population sur les littoraux, elle-même génératrice de nouvelles activités économiques. 

La prise d’importance du rôle des collectivités locales dans ces dynamiques économiques qui sont nécessairement liées au rôle d’aménagement du territoire, et pour certaines d’entre elles des pouvoirs accrus dans le domaine économique. 

La multiplication d’associations et clusters industriels locaux et de Campus, qui, rassemblant académiques, scientifiques, entreprises, permettent de créer de véritables écosystèmes d’excellence. 

Avec la Loi notre du 7 août 2015, les compétences des collectivités – en particulier du Département à la Région – ont été redistribuées, notamment, pour le maritime, dans les domaines portuaires, touristiques, protection du littoral. Les Régions ont reçu de nouvelles compétences particulièrement importantes tant pour l’aménagement du territoire avec la définition des SRADDET (Schémas régionaux d’aménagement et de développement du territoire) que pour les activités économiques avec la définition des SRDEII (Schémas régionaux de développement économique, d’innovation et d’internationalisation). 

C’est donc une nouvelle façon de travailler qu’il faudra construire entre collectivités et avec les professionnels pour que soient pris en compte l’ensemble des enjeux liés au développement des activités économiques en mer qui ont des conséquences sur l’interface terre-mer et au coeur des territoires. 

En particulier, ce sont trois chantiers mis en lumière : 

La planification des espaces maritimes dans ses deux volets complémentaires, économique et environnemental, et qui reposera sur l’adoption de la Stratégie nationale de la mer et du littoral puis des Documents stratégiques de façade (DSF) ; 

La définition des SRADDET et des SRDEII en cohérence avec les DSF et les stratégies régionales maritimes ; 

La construction des volets maritimes des SCOT. 

La gestion intégrée des espaces maritimes, littoraux et des territoires est une condition de réussite de la France maritime. Cette dynamique locale est fondamentale pour la réussite collective des territoires et des professionnels : un intérêt commun qui participe de l’attractivité de toute la France maritime et favorise aussi l’export de ses savoir-faire.


Collectivités locales


Réseaux d’élus



Pôles et Clusters



Autres